Exposition : Wanted Lost

De mai à août 2021, l’Institut culturel hongrois à Paris a hébergé une exposition au concept original : « Wanted/Lost & Found. A la recherche du cubisme hongrois perdu ». 

Vues de l'Institut culturel hongrois, façade et intérieur de l'exposition
L’Institut culturel hongrois à Paris. Exposition « Wanted & Lost » mai-août 2021
© Alexandra Jaffré

Organisée par les chercheurs et historiens de l’art Gergely Barki et Zoltan Rockenbauer, elle a dédié une section « Wanted » aux peintures cubistes perdues, dont celles de Gustave Miklos. Le second volet « Lost and Found » accrochait notamment aux cimaises un tableau de femme cubiste par Gustave Miklos qui avait été vu publiquement pour la dernière fois en 1972 (Galerie L’Enseigne du Cerceau). 

Au cours de leurs longues années d’enquêtes, les deux commissaires hongrois ont retrouvé et identifié de nombreuses œuvres de leurs compatriotes devenues anonymes suite à l’oubli. 

Gustave Miklos. Deux peintures de nus cubistes, aujourd'hui considérées comme disparues
Gustave Miklos. Nu cubiste II (à gauche) Nu cubiste I (à droite).
Les deux toiles ont disparues © D.R.

Convaincus que le partage de la connaissance peut faire surgir des tableaux et sculptures du cubisme hongrois qui ont été perdus, notamment grâce au relais de la presse et des réseaux sociaux, ils ont décidé de présenter le fruit de leurs recherches lors de cet évènement.

A cet effet, ils ont donné la part belle à de nombreux documents photographiques illustrant les œuvres cubistes hongroises disparues. Les visiteurs étaient ainsi invités à revêtir les habits de détectives pour aider à cette chasse aux trésors cubistes.

Gustave Miklos. La toile du Nu cubiste est considérée comme ayant disparu
Gustave Miklos. Nu Cubiste III. Esquisse et toile.
La toile a disparu © D.R.

La section consacrée au peintre Gustave Miklos apportait un nouvel éclairage sur son œuvre peint grâce à  des sources iconographiques inédites, et le Comité a prêté de nombreux documents issus de son fonds.

Le propos soulignait qu’en 1913, Miklos avait été sollicité pour une exposition itinérante « Department-Store Cubism », destinée à faire connaître le mouvement cubiste avec ses confrères Árpád Késmárky, Pierre Durmont, Albert Gleizes, Fernand Léger, Jean Metzinger et Jacques Villon. Dix de leurs toiles faisaient partie du voyage. 

Gustave Miklos. Nu cubiste. Toile aujourd'hui dans une collection privée
Gustave Miklos. Nu Cubiste V. Esquisse © Archives Miklos
Nu Cubiste V. Toile. Ancienne collection de Mme Miklos.

Exposée à L’Enseigne du Cerceau en 1972. Collection privée © Alexandra Jaffré

L’évènement avait été accueilli dans les grands magasins de Milwaukee, puis à Cleveland, Pittsburg, New York, Philadelphie puis de nouveau à Millwaukee. Les grands magasins étaient des relais particulièrement actifs pour faire connaître au public américain les derniers mouvements artistiques à la mode en Europe.

Un article paru dans « Public Ledger Philadelphia » (10/08/1913) saluait l’évènement sous le titre accrocheur « Cubist And Futurist Paintings On View Here For First Time. Cubist Picture Show. Interesting Exhibition of Modernist Art at Gimbel’s Store ». Le journaliste remarquait aux côtés de Léger et Metzinger que « Gustave Miklos is a young Hungarian painter whose works have attracted considerable attention among those to whom cubistic art is appreciable. His portrait of a young woman nude is interesting ».  

L’année suivante, en avril-mai 1914, une autre exposition « Exhibition of Paintings and Sculptures in the modern spirit » avait pris le relais. Le tableau du « modèle assis » de Miklos y était intégré naturellement, en raison de sa présence sur le territoire américain.

Couverture d'un catalogue d'exposition avec la photographie d'une peinture cubiste de Gustave Miklos
Gustave Miklos. Nu Cubiste VI (disparu). Couverture « Exhibition of Cubist Paintings chez Taylor Son & Co à Cleveland » © Artcurial

Malheureusement, selon Gergely Barki, les prêts ne furent pas traités avec beaucoup de considération et il serait à craindre que « les œuvres hongroises furent vraisemblablement remisées dans les caves du magasin de Millwaukee puis ces tableaux auraient servi à colmater des brèches lors d’une inondation ». Il n’y a donc peu, voire pas d’espoir de retrouver le tableau prêté par l’artiste.

Gardons cependant espoir pour d’autres peintures cubistes d’avant guerre ! Quelques documents, comme les carnets de croquis (fonds Gustave Miklos) et des photographies anciennes, nous permettraient d’en retrouver certaines.

Les deux ouvrages publiés pour l'exposition Wanted Lost and Found en 2021
Ouvrages d’exposition publiés par l’Institut hongrois à Paris © D.R.

Auteur : Alexandra Jaffré, historienne de l’art, expert Art Déco membre de la Fnepsa et secrétaire du Comité Gustave Miklos